Quel carrelage choisir pour sa terrasse ?

Lors d’une rénovation ou de la construction d’une terrasse extérieure, il est important de bien choisir les matériaux à utiliser pour les adapter aux conditions de l’environnement extérieur.

Pour le revêtement de sol extérieur tel que le carrelage, quelques critères sont impérativement à prendre en compte. Cet article va vous aider à choisir ce qui convient le mieux.

Les normes à respecter

Les normes ont été mises en place pour avoir un carrelage d’extérieur résistant face aux intempéries. Les carrelages normes européennes PEI 3, PEI 4 et PEI 5 sont les plus recommandées pour revêtir une terrasse. Sur le marché français, les carrelages classés U4 (usure à la marche), P3 (poinçonnement), E3 (entretien et humidité) et C2 (les agents chimiques) sont les plus utilisés. Les carrelages ayant une très bonne résistance aux rayures (7 à 10 à l’échelle de Mohs), classés R10 et plus (pour pieds chaussés), et B ou C (pour pieds nus)  sont aussi appréciés. Quant aux formats, la tendance est aux carreaux mesurant 30 x 30 cm, 45 x 45 cm, 30 x 60 cm et 60 x 60 cm.

Par ailleurs, les modèles ingélifs ou résistants au gel sont obligatoires surtout si vous vous situez dans une région où l’hiver est très rude. Le gel est un élément dévastateur qui peut favoriser des fissures ou des éclats à cause de la pénétration de l’humidité du froid dans les pores des carreaux. Enfin, il convient d’utiliser des carreaux antidérapants pour assurer votre sécurité. Leur surface en relief et irrégulière permet d’éviter les chutes grâce à leur adhérence.

Les types de carrelages pour terrasse

- Le carrelage en pierre naturelle

Il offre la garantie de la solidité, la durabilité et l’authenticité. Parmi les matériaux utilisés, on peut distinguer le granit, le marbre, l’ardoise, le travertin et la pierre calcaire. Vous avez également un large choix de couleurs : blanc cassé teinté, noir, gris acier, bleu, vert, etc. Les carreaux en pierre naturelle s’entretiennent avec des produits hydrofuges, anti-taches et antigélifs. Par ailleurs, vous pouvez appliquer des traitements qui ne modifient pas la couleur de la pierre, voire qui l’intensifie en lui donnant un aspect noyé.

- Le carrelage en céramique

Le carrelage en grès cérame à base d’argile est le revêtement de sol le plus utilisé en extérieur. Il imite parfaitement le marbre et la pierre naturelle. De plus, il est très résistant aux taches et ne requiert aucun traitement. Comme il a une faible porosité, il est facile à entretenir. Vous avez également la possibilité d’opter pour des tomettes en terre cuite de forme octogonale, des émaux, ou de la faïence.

- Le carrelage en ciment

Comme son nom l’indique, il est à base de ciment composé de sable et de poudre de marbre. Il se distingue principalement par des tons unis ou en damiers qui donnent un effet rétro. De plus, il est très esthétique si vous optez pour des modèles à motifs. Le carrelage en ciment est également facile à entretenir. Il suffit juste d’eau et de savon noir.

Les types de poses

Il existe trois types de pose de carrelage pour une terrasse extérieure.

- La pose collée

La pose collée est à privilégier si votre terrasse est déjà faite de dalle en béton. Cette technique nécessite l’utilisation d’un mortier colle à appliquer directement sur une chape ancienne, sur des carreaux déjà existants (dans le cadre d’une rénovation) ou d’autres supports. L’étalage de la colle se fait généralement en deux temps: d’abord sur le sol, puis sous le carreau de carrelage.

- La pose scellée

Dans le cas où vous avez une terrasse sans dalle de béton, optez pour la pose scellée qui fait appel à un travail de maçonnerie. C’est la technique la plus sollicitée pour poser les carreaux au-dessus d’une chape au mortier. Si le sol n’est pas plan, cette chape permet de rattraper les différences de niveau.

- La pose sur plots

Cette méthode est idéale pour les carreaux ayant au moins 20 mm d’épaisseur. La pose sur plots permet de revêtir un sol instable sans passer par le coulage de béton. L’intervention d’un maçon est toutefois recommandée pour décider si cette technique de pose est réalisable.